Hondaction         

 

Il pleut, il pleut et il pleut… le thermomètre grimpe péniblement à 11°. L’auto marche toujours aussi mal. L’angoisse de la panne s’estompe au fur et à mesure que je me rapproche du point de rendez-vous. Plus que 40 kilomètres à parcourir avant Aubusson. Quand soudain un homme en bleu avec un képi surgit au milieu de la chaussée et me fait signe de me ranger sur le bas côté. ‘’Papiers s’il vous plait !’’ Me voilà bon pour un sermon sur la non-présentation de la taxe de circulation, autrement dit la vignette gratuite. Ca ne manque pas… Après trois-quarts d’heure de discussion, on peut hésiter entre plusieurs options : dois-je brûler la S800 tout de suite au bord de la route? Suis-je un artiste maudit incompris de la nature et des hommes ? Bref, il est temps de rallier le Mas du clos afin de retrouver un peu de chaleur humaine.

    Le mas du clos.                               Mas-du-Clos.jpg (417024 octets)

Arrivé au manoir, un instant suffit à faire oublier ces mauvais moments passés. Là, alignés comme à la parade et tapis dans l’épaisse brume de juin (!), des S800 à la dizaine. Des coupés, des cabriolets, des jaunes, des rouges, des gris … des S800 partout, accompagnés d’une N600 et d’une S2000.

L’entrée dans le hall d’accueil finit de nous réchauffer. Arrivés de toute la France, les hondistes ont envahi les lieux. Les récits de voyages se mêlent au plaisir de retrouver ceux que nous n’avons pas vus depuis un an et quel plaisir de rencontrer de nouveaux passionnés.Le buffet servi dans le restaurant panoramique nous permet de goûter à la qualité des lieux, un cadre impeccable, d’où se dégage un parfum solennel, il faut dire que le Mas du Clos est voué au culte du cheval cabré et les instants précédant la visite du musée proprement obligent presque au recueillement. Il est difficile de résumer la visite en quelques mots et comme nous sommes dans un endroit privé, nous respecterons les souhaits du propriétaire. C’est pour cela que vous ne verrez pas de photos, mais sachez que le carrelage reprend les motifs de la firme de Maranello, et que chaque véhicule présenté possède un palmarès sportif. Toutes ces autos sont en parfait état et capables d’aligner les tours du circuit dessinés pour elles au cœur de la propriété. Ces détails vous suffisent t’ils pour avoir envie d’y aller ?

    Rallye Touristique.                       rallye.jpg (214745 octets)

Départ pour une ballade-découverte arrosée au cœur de la Creuse et arrivée à l’hôtel, qui est transformé en quartier général pour l’occasion. Sur le parking, certains s’adonnent à la mécanique ou au modélisme, la ‘racing ‘ de Jean Claude fait un bruit impressionnant ! Ah! Le beau cabriolet jaune de Jean Pierre Travert. Claude profite de l’assemblée générale pour reprendre son bâton de timonier. Aura t-il encore de la voix à la fin du week-end ? Car un Hondaction de 70 personnes, ce n’est pas un mariage dans l’intimité, il faut être physiquement résistant… en plus d’être parfaitement organisé. Toujours est-il que nous bénéficions de la quasi-intégralite de l’hostellerie qui nous reçoit. Dehors, la mousson fait rage…

   Contact, démarreur                      Start-1.jpg (232268 octets)

c’est le rallye road book qui s’élance. Comme prévu, la nuit équatoriale a fait office de test d’étanchéité pour les cabriolets garés sur le parking. Ce dont se soucie peu Frédéric Thome qui part cheveux aux vents. Depuis le podium de départ, encadré par la S2000 de Fred et la S800 de Michel. Les autos démarrent sans répit pendant plus d’une heure…144 kilomètres nous attendent. Chemins vicinaux balisés par une signalisation bien antérieure à nos autos, arrêts de campagne improvisés, pompe à essence qui lâche, perte de clefs, manifestation cycliste imprévue et réaménagement de dernière minute du parcours. Tous les ingrédients d’une ballade inoubliable sont là…On vît quelques heures de déconnexion complète ou la gestion du temps importe moins que les plaisirs de cette virée Creusoise.

page suivante